La consécration

 

La consécration est l'acte occulte par lequel un objet est consciemment chargé d'énergie et voué à un usage particulier. Le Larousse définit la consécration comme « l'acte de consacrer » et consacrer comme « dédier à Dieu, aux dieux ; sanctionner, rendre durable ». Consacrer un objet, c’est le sacraliser, le dédier à une force afin que celle-ci puisse en prendre possession et se manifester à travers lui. En consacrant un objet, vous l'identifiez à la force que vous imposez sur lui de telle manière qu’il devient le corps ou la matérialisation de ce désir. Vous donnez de la force à une idée afin que celle-ci puisse descendre du plan invisible vers le plan visible.

Prenons un exemple bien connu pour illustrer la consécration. Il est probable que vous ayez déjà eu l'occasion d'assister à une messe catholique et, en particulier, à la transsubstantiation eucharistique, c’est-à-dire à la transformation du pain et du vin dans le corps et le sang du Christ. Cette consécration est le sommet de la messe, le moment le plus fort du rite catholique. Durant les instants qui la précèdent, le prêtre cherche, par ses paroles, à élever le plus possible la foi et la dévotion des fidèles présents. Il pose ensuite ses mains au-dessus des hosties et de la coupe, prononce des paroles rituelles et les consacre en y transmettant de l'énergie spirituelle. Par cet acte, l'officiant « transforme » le pain en corps du Christ, il le dédie à cette divinité qui en prend « possession ». Cette transformation de l'hostie n’est bien sûr pas de nature physique mais énergétique et spirituelle : c'est toujours du pain qui se trouve sous les mains du prêtre mais celui-ci est chargé ou marqué d'une qualité spirituelle.

Voyons maintenant un exemple de consécration magique à l'élément Eau, tiré de l'ouvrage de Papus Traité méthodique de magie pratique :

"Après une prière préparatoire faite selon le rituel, au jour et sous les influences de la lune, on consacrera l'eau (qu'on prendra aussi pure que possible, mais non distillée) dans un vase de cristal.
On imposera d'abord les mains sur l'eau et on soufflera trois fois sur cette eau en prononçant chaque fois le nom divin tétragrammatique et en disant dans quel but est fait la consécration (quand il s'agit d'un cas particulier). On encensera avec le parfum lunaire et l'on dira l'oraison des Ondins. (...)
Après l'imposition des mains et le triple souffle, on mêlera à l'eau une petite quantité de sel consacré et de cendre des parfums également consacrée. Pendant ce mélange on dira:

"In sale sapientiae aeternae, et in aqua regenerationis, et in cinere germinante terram novam, omnia fiant per ELOHIM GABRIEL, RAPHAEL et URIEL, in saecula et aeonas. Amen"
(ndr: une traduction approximative est : "Du  sel de la sagesse éternelle, et de l'eau régénérative et des cendres germent un sol nouveau, toutes choses arrivent par Elohim Gabriel, Raphaël et Uriel, tout au long des siècles. Amen").

Ensuite on récitera l'exorcisme de l'eau et, après trois minutes de méditation, on dira l'oraison des Ondins. (...)"

On peut voir plusieurs points communs entre le rituel catholique et le rituel magique décrit par Papus : 

  1. la prière pour s'unir ou appeler l'énergie spirituelle recherchée (respectivement Christique et lunaire dans les deux exemples précédents) ;
  2. l'imposition des mains au-dessus de l'objet à consacrer (comme dans le magnétisme);
  3. la prononciation d'une formule de consécration ou de dédicace.

Cette petite synthèse en trois points donne les principales parties d'une consécration. Libre à vous d'adapter ces rituels à votre tradition ou votre pratique magique, en choisissant la force à laquelle vous souhaitez dédier l'objet et en remplaçant les textes de la prière et de la formule de consécration par ceux de votre choix (que ceux-ci soient rituéliques comme dans les exemples précédents ou que vous les improvisiez au cours de la pratique).