Les instruments magiques

Pourquoi et comment?

 

Tout exercice d'une autorité se repose sur un symbole qui le représente. Par exemple la plaque du policier lui confère une autorité légale face au citoyen, les galons d'un officier représentent son grade et donc son pouvoir hiérarchique dans l'armée, la couronne du roi symbolise son autorité temporelle...


Le mage impose son autorité sur les forces invisibles par l'intermédiaire d'instruments et de signes. Cette autorité n'est possible qu'en raison des liens existants (la légitimité) entre les objets, signes, paroles et les différentes forces de l'Univers (régie par des lois). Ses liens sont analogues aux liens existant entre les symboles d'autorités (galons, signe de police, etc.) et les lois humaines ; ils, les objets et signes, représentent les lois et le pouvoir qui en découlent. Les lois de l'univers ne sont pas les lois humaines, ce ne sont pas des règles écrites et arbitraires, elles régissent le bon fonctionnement de la vie, de sa naissance à sa mort. Il n'y a pas de corpus qui rassemble ces lois, elles sont « écrites » dans le monde qui nous en nous-mêmes et dans le monde qui nous entoure. Nous n'allons pas débattre ici de la nature de ces lois naturelles, elles posent encore question aux philosophes et aux scientifiques. Par contre nous pouvons les lire et observer comment les objets de l'univers s'y soumettent.

Par exemple, nous savons que plus un corps est massif plus il aura tendance à attirer à lui, c'est la loi de la gravité. Cette loi de la gravité est applicable en magie. Plus une force magique est massive, plus elle va attirer à elle d'autres forces. C'est le principe utilisé dans l'élaboration des égrégores, des larves, etc. Il n'est pas certain que la mécanique qui régit cette action soit identique. Il existe bien entendu plein de théories expliquant cela en magie, mais ce ne sont que des théories.

 

   Gravitation Soleil-Terre-Lune

     Symbole Solaire

     Cercle évocatoire

Champs gravitationnel du Soleil, de la Terre et de la Lune
Champs gravitationnel du Soleil, de la Terre et de la Lune
Symbole du Soleil
Symbole astrologique et alchimique du Soleil
Cercle évocatoire -Clavicule de Salomon
Le cercle évocatoire décrit dans les Clavicules de Salomon

 Cette image illustre la gravitation de la Terre autour du Soleil, beaucoup plus massive que la Terre. Puis, la lune qui gravite à son tour autour de la Terre.

 Ce symbole est celui du Soleil, mais également un symbole du Moi, de l’ego et de l'orgueil.

C'est une affirmation de l'être, un centralisation sur le soi; tout est ramené vers le soi.

 Le cercle d'évocation possède un centre de gravité, le mage, qui attire à lui les esprits et les énergies. Pour cela il doit se rendre attractif : polariser sa force et augmenter la masse d'énergie.

 Il est nécessaire que le mage établisse une « légitimité » entre ses instruments (signes, objets, etc.) et les lois de l'Univers et forces occultes (ou magiques). Ci-dessus nous voyons assez clairement l'analogie existant entre la gravitation planétaire, le symbole solaire et le cercle évocatoire. Analogie, est le mot-clé en magie ! C'est l'analogie qui va apporter cette légitimité, principalement.


La fonction peut également apporter une légitimité aux objets et signes. Des adultes peuvent avoir légitimement une autorité sur des enfants de par leur position de parent. Ainsi, l'épée qui est une arme d'attaque et de défense, devient en magie, un instrument de protection et de destruction. C'est la fonction de l'instrument qui est transposée d'un domaine d'activité vers un autre.


Les instruments du mage, vont être construits en utilisant aussi bien la légitimité de la fonction que celle de l'analogie. Mais on peut réduire en magie à la seule importance de l'analogie, car la fonction magique de l'objet est issue de l'existence même d'une correspondance dans le rôle de l'objet. Ainsi une épée, ne peut être associée qu'à l'idée de combat (frapper, trancher, percer, défendre, attaquer, etc). Le vocabulaire autour de l'épée ne peut qu'être martial.

 Un autre élément qui participe à l'autorité des instruments magiques est la consécration. La consécration est simplement la décision de consacrer, de vouer un objet à une force ou une divinité bien précise. Si nous reprenons l'exemple de notre lame ou épée magique, la consécration de cet objet sera celle d'être l'outil de la puissance Martienne ou martiale du mage ; c'est avec cet outil, que le mage combat, menace et détruit les forces magiques hostiles, tout comme le dieu Arès/Mars. Le mage pleut compléter sa consécration en dédiant son objet à une divinité ou ange en particulier, cela renforce son rôle. Par exemple, la lame consacrée peut être dédiée à l'Archange Michael, amplifiant le rôle magique de la lame (l'ange Michael est le chef de l'armée céleste).


La baguette magique est l’expression de la volonté du mage. Cette autorité sur les énergies et les esprits vient de la fonction du bâton et de la baguette. La baguette du mage est l'avatar du sceptre de Pharaon et du bâton de Moïse. C'est le sceptre royal qui donne l'autorité de commandement. C'est également la baguette du chef d'orchestre qui dirige les musiciens donnant naissance à l'harmonie.

 La coupe magique est l'expression de l'alimentation, de l'abondance et de la fécondité. La coupe est la corne d'abondance ; sa forme évoque le sein et le ventre de la femme /mère, apportant ainsi les idées de nourriture et de matrice de vie. Elle est la marmite ou le récipient dans lequel le cuisinier prépare ses aliments destinés à nourrir la vie. C'est le chaudron dans lequel est préparé la substance magique.


Si nous pouvons voir que la fonction magique des objets est intimement liée à la fonction non magique, il faut faire attention à la mauvaise transposition ; voici un exemple : l'usage d'une arme à feu (même factice) en lieu et place d'une lame. On eut se dire que la fonction de l'objet est transposable, le pistolet est une arme de défense et d'attaque comme la lame. Mais il manque plusieurs choses à l'arme à feu : tout d'abord pas de pointe pouvant déchirer et percer, ce n'est pas un prolongement du bras du mage pouvant traduire la force propre du mage. L'arme à feu a plutôt une fonction similaire à l'arc à flèches, et se rôle et plus ambigu car il dépend de la géographie et de l'époque. Tantôt l'arc est une représentation du guerrier, du courage et de l'adresse, tantôt il est considéré comme l'arme du lâche, qui permet de toucher l'ennemi de loin ou cacher.