Le Tarot

 

Le Tarot fait l'objet des spéculations les plus variées quant à son origine. La plus répandue concerne son affiliation égyptienne. Ce mythe (aucune preuve historique ne soutient cette thèse) est né d’Antoine Court de Gebelin. Il étudia la linguistique, ce qui donna corps à son œuvre majeure : Monde primitif, analysé et comparé avec le monde moderne, en neuf volumes, qui paraît entre 1773 et 1782. Dans un passage de cette œuvre, le Tarot est identifié comme un livre d’origine égyptienne. Il y est expliqué que le mot « tarot » est composé de deux mots égyptiens : Tar signifiant la voie ou la route et Ro qui signifie roi ou royal. Le Tarot y est aussi appelé le livre de Thot car il dériverait du mot Ta-Rosh ou « doctrine de Mercure », Thot étant le dieu de la sagesse, des sciences et de l'occultisme dans la mythologie égyptienne.


D'autres auteurs ont supposé ou affirmé que le Tarot vient d'Asie et, plus précisément, de Chine ou d’Inde. Diverses origines, tout aussi incertaines, furent attribuées à ce jeu de cartes : arabe, tibétaine, perse, gitane, ... Certains auteurs prétendent même que le Tarot nous serait parvenu des civilisations disparues de Lémurie ou d'Atlantide ...
Des auteurs plus contemporains ont voulu reconnaître une origine juive et kabbalistique au Tarot. Sur certains tarots modernes, nous pouvons voir une lettre hébraïque inscrite dans le bas de la carte. Ces lettres n'étaient pas présentes dans les tarots primitifs. Il semble que ce soit Eliphas Lévi qui ait le premier associé les lames majeures du Tarot aux lettres hébraïques. 

 

Tarot de Mategna


Pour illustrer la véracité de cette thèse, les ésotéristes présentent souvent l'analogie existant entre la forme du Bateleur (la première lame majeure) et celle de la lettre aleph (la première lettre hébraïque). Il faut cependant reconnaître que c'est l'exemple le plus frappant et que plusieurs cartes n'ont aucun lien avec les lettres hébraïques correspondantes. Cette similitude entre les lames et les lettres est d'ailleurs d'autant moins évidente qu'il y avait, à l'origine, plus de vingt-deux cartes majeures. Pour aller jusqu'au bout de cette idée, Oswald Wirth, le secrétaire de Stanislas de Guaita et l'un des plus fameux spécialistes en symbolisme, a cherché à intégrer la forme de chacune des lettres hébraïques dans les lames majeures du tarot qu'il a redessinées.


 Les premiers tarots connus ne firent leur apparition qu'à la fin du Moyen Âge, vers la fin du quatorzième ou le début du quinzième siècle. Avant cette période, il n'y a aucune preuve ou trace historique du Tarot. Lorsque nous regardons les cartes du Tarot, nous remarquons qu'elles tirent leur symbolisme de la culture moyenâgeuse européenne chrétienne. Nous nous trouvons visiblement face à une illustration européenne, et non égyptienne ou arabe, comme en témoigne la présence du Pape, de la Papesse, du Diable, de la Maison-Dieu, de nombreux anges, ... Les images du Tarot rappellent d'ailleurs également le symbolisme de l'alchimie. Celle-ci surgit en Europe vers la même époque que le Tarot et elle repose principalement, tout comme lui, sur la représentation graphique et picturale.